Mai 2020 – Yann le Bossé vient de publier « Accueillir sans Recueillir »

 

Yann Le Bossé (2020) Accueillir sans recueillir. Introduction à la démarche de régulation stratégique des émotions dans l’approche centrée sur le Développement du Pouvoir d’Agir des personnes et des collectivités (DPA-PC) Québec Edition ARDIS. www.ardiscanada.ca

Ouvrir la dernière parution de Yann Le Bossé magnifiquement illustrée par Mathieu Lampron, c’est se donner les moyens d’explorer les émotions, les siennes ou celles des autres. L’auteur les aborde sous l’angle du Développement du Pouvoir d’Agir, objet de ses recherches au sein
du Laboratoire du DPA (LADPA) en s’éloignant d’une perspective trop psychologisante mais bien pour soutenir une lecture à la fois psychosociologique, interactionniste et stratégique.

Les émotions à la fois sources de freins et d’obstacles au changement, sont ici considérées comme un élément du contexte à prendre en compte afin d’adopter des stratégies efficaces. Il s’agit alors de développer un pouvoir d’agir à l’égard de nos émotions en les abordant sous l’angle d’une régulation stratégique composée d’étapes : accueillir, ressentir, observer et se désidentifier en distinguant le Moi de l’émotion.

La RSE (Régulation Stratégique des Émotions) permet alors de dépasser la situation de blocage émotionnel en permettant le « plus grand pas proximal» visant le changement souhaité.

Manuel au langage clair et précis, il apporte pour le professionnel des pratiques sociales une manière d’ appréhender ses émotions. L’inspiration de l’auteur est soutenue par des traditions philosophiques : Ricoeur avec l’importance de se dire et de se raconter, Aristote, Spinoza etc …qui donnent envie d’aller les explorer et qui sont référencées dans la bibliographie de l’ouvrage. Voyage à la fois pragmatique et conceptuel, ce livre nous invite à réfléchir aux émotions si présentes dans nos vies personnelles ou professionnelles et à poser quelques pas pour les réguler
stratégiquement et nous rendre du Pouvoir d’Agir sur celles-ci.

Fabienne DEFERT, Formatrice en DPA
www.fabiennedefert.com 

[Plus d’information]

Accompagnement individuel « remise à niveau en orthographe et préparation au certificat Voltaire »

Contexte : Une dame de 50 ans, inscrite à Pôle Emploi, souhaitait mettre toutes les chances de son côté pour retrouver du travail. Ayant occupé différents postes administratifs, elle a voulu ajouter sur son CV un niveau d’orthographe / grammaire reconnu (certificat Voltaire).





Identification des connaissances :

Dans un premier temps, nous avons évoqué les différents contextes professionnels dans lesquels cette dame a travaillé, afin d’identifier les écrits et le vocabulaire qu’elle utilisait.

Cette dame lit beaucoup, fait des mots croisés, et apprécie un « langage bien écrit » selon ses mots. Elle a estimé avoir un bon niveau en général, mais était consciente qu’il lui restait des lacunes, sans pour autant pouvoir les préciser.

Particularité :

Nous avons établi un planning de 7 ateliers de 3h. La question se posait pour moi : comment animer, susciter l’intérêt et garder la concentration d’une seule personne, et ceci sur un sujet assez technique ? Comment faire pour que cette dame soit présente jusqu’à la dernière séance ?

Méthodologie :

Je me suis appuyée sur son goût pour la langue française pour élaborer des contenus. Nous sommes parties d’un quiz de 50 phrases, qui a permis de repérer ce qui était acquis ou non.

A partir des thèmes à renforcer, j’ai apporté des éléments théoriques et utilisé des exercices spécifiques, ludiques, écrits et oraux, ainsi que le site du certificat Voltaire pour faire des révisions pendant et entre les séances.

Assiduité :

Tout d’abord, le climat de confiance qui s’est instauré entre nous a permis de nous retrouver à chaque fois avec plaisir. Ensuite, la variété des travaux et exercices divers basés sur un aspect ludique a permis de rendre légers les efforts de concentration fournis. Par ailleurs, nous avons parfois fait des recherches ensemble sur des points particuliers lorsqu’un doute subsistait. A l’issue de ces ateliers, cette dame m’a dit « je ne regarde plus les écrits comme avant, j’examine la construction des phrases et parfois je trouve même des fautes dans les livres que je lis ».

Anne Saguez – anne.saguez@hotmail.fr

Formation –Accompagnement  VAE – Transition retraite -Facilitation

Conception et Mise en Oeuvre d’une Action de Formation

La mise en place d’une action dite « de formation » peut s’envisager sous plusieurs formes, et de façon complémentaire. L’intervenant, selon son expérience et ses compétences, peut prendre différentes postures.

Contexte :

Une jeune association m’a sollicitée pour mettre en place une formation téléphonique pour ses salariés ; dans le cadre de recherche de financements, l’objectif de cette formation était de savoir prendre des RV dans le cadre de demandes de subventions.

Le commanditaire m’a informée que les salariés n’avaient pas tous la même façon d’envisager la nécessité de cette action. Cela pouvait venir, d’après lui, de la compréhension du mode de fonctionnement de l’association et/ou d’adhésion aux valeurs.

Avant de mettre en place cette action de formation, il m’a semblé nécessaire que les salariés fassent ensemble une analyse de leur structure, pour que chacun en comprenne bien le fonctionnement, et puisse envisager la nécessité d’une recherche de financements.

J’ai donc proposé un travail en deux temps :

Facilitation :

Les salariés ont partagé et formalisé sur une grande feuille ce qu’évoquait pour eux l’association : les valeurs, les principes, et différents mots-clés qui faisaient sens pour eux. Chacun a pu librement échanger sur cet aspect, confronter son approche avec ses collègues.

Puis je leur ai demandé de dessiner le fonctionnement de l’association, en ajoutant les partenaires extérieurs, puis par des flèches en symbolisant les relations entre tous les acteurs. Ceci a permis de clarifier des éléments, répondre à des interrogations ou manque d’informations.

Ensuite, les participants ont fait la liste de tous les partenaires qui seraient susceptibles de financer la structure, en les classant par catégories (types d’institutions, privé, aides techniques ou financières…).

Puis des priorités ont été établies par le groupe, selon les catégories à contacter en premier.

Cette première étape a permis de ressouder l’équipe autour d’une action partagée communément.

Formation :

Dans cette seconde étape, il s’agissait de formation : nous avons revisité les fondamentaux pour l’émission d’appels téléphoniques. Le fond (phrase d’accroche, présentation, la prise du RV) comme la forme (le ton, la voix, le débit, l’intention) a été abordé.

Nous avons coconstruit différents scripts téléphoniques selon les cibles. Chacun pouvait l’adapter à son propre registre de vocabulaire, tout en conservant les mots clés du discours.

Puis nous avons fait la liste des objections les plus courantes qui pourraient être rencontrées et nous avons préparé des réponses types.

Bilan facilitation et formation :

Faire une formation ne faisait pas vraiment sens pour les salariés. Il était nécessaire de réfléchir en amont sur l’association et son projet, mais pas sous forme de présentation par un responsable. Les outils de facilitation ont permis d’impliquer chacun dans la réflexion, d’élaborer une représentation « visuelle » du fonctionnement de la structure. Cela a permis une compréhension collective puis une cohésion autour des actions à réaliser.

À la fin de cette première étape, la formation a été envisagée comme nécessaire par le groupe. Le climat de confiance et participatif instauré pendant la facilitation a permis d’élaborer collectivement des tournures de phrases, de susciter la créativité.

Accompagnement :

L’accompagnement par un atelier d’entraînement (présenter la structure à des partenaires fictifs) n’était pas prévu au départ ; c’est une demande qui a émergé pendant la formation. Les salariés ont ressenti le besoin d’être plus solide et assertif pour parler de l’association. L’adhésion au projet « trouver des partenaires financiers » s’en est trouvée renforcée.

Pour améliorer la présentation et la connaissance de l’association par les salariés, nous avons travaillé sous la forme d’un atelier avec des personnes extérieures à l’association. Chaque salarié devait présenter la structure de façon synthétique, répondre aux questions du « partenaire fictif », et répondre à quelques objections.

À la suite de chaque passage, nous avons fait un retour pour que le participant améliore sa prestation, pour répondre à ses questions et le sécuriser par rapport à son savoir-faire.

Anne Saguez – anne.saguez@hotmail.fr

Formation – Accompagnement  VAE – Transition retraite – Facilitation

Janvier 2020 – Parcours N°7, la publication numérique du réseau REPAIRA

Editorial

Le réseau REPAIRA est heureux de pouvoir diffuser le 7ème numéro de sa publication électronique pour marquer cette nouvelle année 2020 qui promet d’être riche en nouveaux développements et vous souhaite ses meilleurs vœux.

 

Au sommaire de ce numéro :

 

  • Un article de Marie Haloux, formatrice en travail social, consultante, haloux@wanadoo.fr , Ecrire pour réfléchir (page 2).

 

  • Un article d’Hélène FROMONT, formatrice coach certifiée et consultante indépendante cofondatrice et animatrice du réseau repaira, he.fromont@laposte.net, La dimension du sens dans la formation des cadres d’éducation à travers une approche anthropologique du projet de formation (page 7).

 

Bonne lecture.

Hélène FROMONT
Formatrice, Coach, Consultante, Cofondatrice de Repaira.

TAALEB Toufik

Coach certifié, Consultant en Etablissements et Services Sociaux ou Médico Sociaux (ESSMS), Préparateur Mental

93330 Neuilly sur Marne

taatou@hotmail.fr

taalebt@gmail.com

[Read more…]

DELVART Angéline

Coach en développement personnel et professionnel

92 500 Rueil Malmaison

angeline.delvart@gmail.com

Site internet : https://www.angeline-delvart.fr/

[Read more…]