Les croyances de Catherine Rapp dans ce monde incertain….

Je crois en l’Homme, je crois en sa capacité à se relever, à se remettre en marche, à agir.

C’est avec cette croyance au fond de moi que j’avance et organise l’activité d’accompagnement des chercheurs d’emploi au Foyer de Grenelle, MIRP Grenelle.

Je suis convaincue que toute personne peut remonter une  pente après une période difficile, à condition de retrouver les barreaux de l’échelle sur lesquels elle pourra s’appuyer.

Ces barreaux sont en elle, quelquefois très profondément enfouis. C’est à cette entreprise de défrichage que nous œuvrons au sein de l’équipe.

En fonction de la personne, le travail peut être rapide, en 1 ou  2 séances la personne sera à nouveau bien positionnée sur le marché de l’emploi.

Pour d’autres ce sera plus long, en complément d’une action menée par d’autres structures spécialisées qui travailleront plus en profondeur (psychologues) ou dans d’autres domaines (santé, logement, services juridiques, etc.)

Quels sont les outils de défrichage  dont nous disposons?

Tout d’abord une équipe pluridisciplinaire, avec des talents d’écoute et d’accompagnement sur la durée. C’est souvent à partir d’une relecture de parcours que nous pouvons déceler les fragilités et les points forts des personnes que nous recevons. Il nous faut du temps, seule la confiance installée avec le conseiller permettra d’avancer sur ce terrain. Leurs capacités, leurs  compétences, leurs goûts et envies sont ancrées dans ce chemin de vie professionnelle (et personnelle) qu’elles nous présentent et qui les a amenées jusqu’à nous, à nous de les guider pour la suite.

Ce parcours par la recherche-action[1] peut leur être proposé via « L’autobiographie raisonnée »[2].En partant de tous les points  significatifs de son parcours, (professionnel mais aussi dans son positionnement familial, ses périodes d’études ou ses loisirs) la personne écrit son histoire, en mettant en valeur ses goûts, ses compétences, cela va lui permettre d’élaborer un projet professionnel porteur de sens, unique, le sien. Le conseiller élaborera ensuite avec elle un plan d’actions adapté.

Pour compléter ces entretiens individuels, un temps de parole collective  est offert aux chercheurs d’emploi, « Troc Idées » où ils viennent échanger leurs expériences et se donner des conseils entre pairs. Ils peuvent ainsi améliorer leur présentation orale et profiter de simulation d’entretiens. Cela leur offre aussi tout simplement le moyen de sortir de leur  isolement, qui s’avère être de plus en plus long.

Ce parcours permet à la personne de retrouver de la confiance en elle, en ses compétences et de mieux  connaître ses aspirations, elle aura ainsi retrouvé un certain nombre de barreaux pour l’ascension vers son projet.

Ensuite le Foyer mettra à sa disposition des  outils supplémentaires pour progresser dans son  parcours

C’est dans ce cadre que lui seront proposées des formations complémentaires : initiation, perfectionnement aux outils bureautiques, atelier de création de site web ou simple utilisation d’internet pour la recherche d’emploi (devenu incontournable pour tout niveau de qualification) ainsi que des cours de remise à niveau en anglais. Ces formations vont lui permettre d’acquérir de nouvelles compétences techniques mais aussi (et des fois surtout) de reprendre une vie sociale dans un groupe. Des barreaux qui lui permettront d’aller encore plus haut ou de consolider des savoirs déjà installés.

Dans ce processus d’accompagnement, il est fondamental de se recentrer  en permanence sur la personne, elle seule détient la clé de sa remise en route, c’est elle qui mettra le pied sur chaque barreau pour prendre appel  pour les suivants. C’est elle qui s’appuyant sur « son sentiment d’efficacité personnelle[3]» retrouvera la capacité à agir dans un environnement professionnel. Ce type de démarche va bien souvent à l’encontre de celles basées sur un résultat rapide qui risque de replonger la personne dans une récidive profonde qui enfouira un peu plus le premier barreau.

Si l’ensemble de ce parcours d’accompagnement est possible au Foyer de Grenelle c’est qu’il s’inscrit dans un projet global qui place la « remise en route » de chacun comme un des fondamentaux de ses actions.

Nous ne sommes pas les seuls à nous positionner sur le terrain de l’emploi et de l’insertion, au sein de la Fédération de l’Entraide Protestante, un groupe de réflexion s’est constitué entre plusieurs structures qui partagent les mêmes valeurs d’accompagnement. Nous sommes complémentaires et l’entrée « emploi » ouvre souvent sur d’autres besoins : santé, insertion sociale et logement. Mieux nous connaître permettra d’élargir notre palette et d’offrir ainsi un service plus complet ou mieux adapté, aux personnes que nous recevons. C’est le but du partenariat entre ces associations  qui offrent des caractéristiques communes : un accueil personnalisé, un accompagnement sur mesure avec une disponibilité d’écoute que n’offrent pas toujours les structures d’aide à l’emploi publiques.

Enfin, en échangeant régulièrement sur nos pratiques avec d’autres associations nous progressons dans nos compétences d’accompagnateur, toujours en évolution, afin de saisir aussi un barreau de plus sur notre échelle de compétences.

Catherine Rapp in Présence, N° d’Octobre 2012


[1] http://www.repaira.fr/la-recherche-action/

[2] DESROCHE Henri., 1985, De l’autobiographie raisonnée à l’accouchement de projets, in ASSCOD n°73, juillet-septembre 1985, Paris, BECC, pp. 9-131

[3] Albert Bandura (né le 4 décembre 1925) est un psychologue canadien connu pour sa théorie de l’apprentissage social et son concept d’auto-efficacité. En désignant les croyances qu’un individu a dans ses propres capacités d’action, quelles que soient ses aptitudes objectives, elle pose le sentiment d’efficacité personnelle comme base de la motivation, de la persévérance et d’une grande partie des accomplissements humains.