12-13-14 juin 2019 Colloque international – Maison des Sciences de l’Homme

Centre de recherche interuniversitaire EXPERICELogo
Paris 13 Sorbonne Paris Cité

 

 

Colloque international
La recherche biographique en situations et en dialogues
Enjeux et perspectives

12-13-14 juin 2019
Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord
20, avenue Georges Sand
93210-La Plaine Saint-Denis
Métro Ligne 12. Front Populaire

co-organisé par
Collège International de Recherche Biographique en Éducation (CIRBE)
Revue Le sujet dans la Cité. Revue internationale de recherche biographique
Laboratoire CIREL — Université de Lille
Laboratoire LIRTES – Université Paris-Est Créteil
Interdisziplinäres Zentrum für Historische Anthropologie, Freie Universität, Berlin
Équipe GRAFHO – Universidade do Estado da Bahia Brésil
Équipe ANHIVIF – Universidade Federal do Rio Grande do Norte Brésil

en association avec
Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord
ASIHVIF (Association internationale des histoires de vie en formation
et de recherche biographique en éducation)
Laboratoire BONHEURS – Université Cergy Pontoise
Université des patients – Université Pierre et Marie Curie
Le Vent se lève ! Tiers Lieu

Présentation

Suite au colloque de Lille (mai 2011) consacré aux « enjeux et perspectives » de la recherche biographique, le présent colloque a pour projet de poursuivre l’exploration d’un paradigme du biographique en éducation, saisi autant dans la diversité contextuelle et situationnelle des recherches empiriques qu’il suscite que dans les questionnements épistémologiques et méthodologiques que ne cesse de poser l’entreprise de constitution d’une « science du singulier ». Ce projet justifie la perspective retenue : à travers les territoires diversifiés et les situations individuelles et collectives dans lesquelles la recherche biographique en éducation développe ses travaux, il s’agit d’approfondir ses fondements épistémologiques et méthodologiques, ainsi que son positionnement éthique et politique. Ce projet se poursuit en dialogue avec des approches dans différents domaines scientifiques qui, partageant avec la recherche biographique l’étude de la constitution et de l’expérience individuelle, s’interrogent sur les conditions, les modalités et les effets de ce « savoir de l’un ».
Cette proposition pourrait se décliner selon cinq axes dont chacun met en avant une question vive de la recherche biographique d’aujourd’hui, appréhendée respectivement à partir des notions de « condition biographique », de « médialité biographique », d’« éducation biographique », d’« action collective » et d’« épistémologie du singulier ». En intitulé de chacun des axes, le choix du pluriel dans la reprise de ces notions répond à la volonté de les soumettre à l’épreuve du rapport dialectique entre singularisation et pluralisation des expériences individuelles et collectives qu’elles recouvrent. Les propositions de contributions se distribueront entre ces axes selon l’entrée et la perspective qu’elles auront plus particulièrement retenues.

Axe 1. Conditions biographiques et expériences du sujet

Christophe Niewiadomski (Université de Lille),
Augustin Mutuale (IC Paris) & Valérie Vine Vallin (Université Paris 13)
(coordination)
Si la condition biographique désigne une configuration du rapport de l’individu à la société dans laquelle la biographie, en tant que processus de construction de l’existence individuelle, assure un rôle central dans la reproduction/production de la société, cette définition générique recouvre des expériences plurielles dont il faut saisir la variabilité en même temps que l’intersectionnalité. En fonction de l’âge (enfance, adolescence, âge adulte, grand âge), du genre (des assignations et des choix auxquels il donne lieu), des états de l’existence (et de ce qui la menace ou l’altère : maladie, handicap, troubles mentaux), des espaces-temps sociaux (familiaux, scolaires, professionnels, etc.) et des « épreuves » qu’ils présentent, de la contextualisation des expériences (ethnicités, mobilités, mondialités), des régimes et des registres de pouvoir (biopolitique, « conduite des conduites », politiques biographiques)…– la « condition biographique » correspond pour chaque acteur sujet à des appropriations et des constructions singulières de processus d’individuation/socialisation.

Axe 2. Médialités biographiques et pratiques de soi

Christine Delory-Momberger (Université Paris 13),
Camila Aloisio Alves (Université Paris 13) & Anne-Sophie Jurion (Paris 13)
(coordination)
Les notions de « médialité », d’« automédialité », de « pratiques médiales » apportent un renouvellement très fécond dans la manière de penser les médiations du rapport à soi. En montrant le rôle déterminant du médium, de son matériau et de ses formes spécifiques dans le façonnage du rapport à soi (self fashioning), elles amènent à reconnaître que le sujet se constitue dans des pratiques qui, loin de n’être que de simples « supports », sont ce par quoi et ce dans quoi une subjectivité trouve sa forme. Par ailleurs, la notion de « pratiques automédiales » permet d’englober toutes les formes d’expression et de langage : parlées et écrites, photographiques, audiovisuelles, graphiques, plastiques, numériques, corporelles et gestuelles, théâtrales, etc. Entre autres conséquences, la réflexion liée à la « médialité », tout en élargissant le champ des pratiques, ouvre les démarches de formation à de nouvelles approches plus conscientes de l’interpénétration constitutive du dispositif médial, de la réflexion subjective et du travail sur soi dans les processus de construction du sujet.

Axe 3. Éducations biographiques et pouvoir d’agir

Béatrice Mabilon-Bonfils (Université Cergy Pontoise),
Valérie Melin (Université de Lille) & Anne Dizerbo (Paris 13)
(coordination)
La notion d’« éducation biographique » peut s’entendre en plusieurs sens : soit que soulignant la dimension biographique inhérente à tout processus d’apprentissage ou de formation, on cherche à en explorer les conséquences au plan des institutions d’éducation et des formes qu’elles prennent (par ex. la « forme scolaire ») et à proposer des pédagogies alternatives ; soit que reconnaissant la dimension de formation présente dans toute expérience, on cherche à comprendre (dans un but de recherche) ou à mobiliser (dans un but d’intervention-formation) les effets formateurs ou transformateurs de l’expérience dans la constitution des sujets. Cet axe invite donc à poursuivre la réflexion et les travaux engagés à ces divers titres sur les rapports entre biographie et apprentissage, biographie et formation, expérience et formation, en relation avec la dimension d’un « pouvoir d’agir » (empowerment) pouvant aussi bien se décliner en « pouvoir d’apprendre », « effets-sujet » (G. de Villers), pouvoir d’« émancipation » (Freire), émergence d’un « sujet politique » (Foucault).

Axe 4. Actions collectives sur les territoires et accompagnement des acteurs

Christophe Blanchard (Université Paris 13),
Jean-Jacques Schaller (Université Paris 13) & Mike Gadras (Université Paris 13)
(coordination)
L’étude des représentations et des formes que les individus donnent à leur existence rencontre inévitablement la question des formes de l’action individuelle et collective et de la capacité des acteurs à agir sur leurs contextes. Les approches menées dans ce sens sur les terrains des milieux professionnels (enseignement, formation, travail social, santé) ou/et de l’intervention sociale (insertion sociale et professionnelle, handicaps, migrations, marginalités urbaines) ont pour projet d’explorer les ressources et les potentialités des acteurs, de favoriser l’émergence de dynamiques horizontales sur les territoires, d’accompagner des pratiques professionnelles et sociales ouvertes à l’action et à l’intelligence collective. Cet axe pourra donc accueillir autant des recherches empiriques orientées vers l’observation et l’exploration d’un territoire et de ses habitants, d’une profession et de ses acteurs, ou encore d’une catégorie d’acteurs définie par une situation commune, que des contributions rendant compte réflexivement de dispositifs de formation et d’intervention visant à développer des formes de pouvoir d’agir individuelles et collectives.

Axe 5. Épistémologies du singulier

Martine Janner Raimondi (Université Paris 13,
Izabel Galvaõ (Université Paris 13) & Pierre Machemie (Université Paris 13)
(coordination)
La recherche biographique n’en a pas fini d’interroger ce qui fonde son projet et sa démarche afin d’en identifier la spécificité. Ce questionnement épistémologique et les perspectives méthodologiques qu’il engage concernent autant l’objet de savoir visé par la recherche biographique que ses voies d’investigation et les conditions de sa constitution. En faisant du biographique, en tant que dimension constitutive de la genèse et du devenir socio-individuel, l’entrée spécifique qu’elle se donne dans l’étude des processus d’individuation/socialisation (biographisation), la recherche biographique interroge la possibilité d’une « épistémologie » propre à fonder un savoir de l’individu saisi dans sa singularité. Prise entre la singularité en quelque sorte définitionnelle de son objet et la nécessité d’une formalisation scientifique, la recherche biographique doit élaborer des instruments et des démarches qui lui permettent de répondre méthodologiquement à la question qu’elle pose théoriquement, à savoir la fabrication chaque fois singulière « du monde intérieur du monde extérieur » (Alheit & Dausien, 2000) et la ressource qu’elle représente de production/reproduction du monde social. L’épistémologie du savoir prend également en compte la distinction entre corps vécu et corps vivant, capacitaire, lieu de l’infra-conscient (Andrieu, 2016) où s’effectue le processus d’empathie (Janner-Raimondi, 2017).
Comment se décline ce savoir du singulier ? Quels « matériaux » et quels processus spécifiques en constituent l’objet ? En quoi requiert-il des modes particuliers d’investigation, d’analyse et d’écriture de la recherche ? En quoi cette ambition d’atteindre aux sources et aux modes d’effectuation de la singularité individuelle peut-elle ouvrir les voies d’une « herméneutique de la parole » et d’une « éthique de la relation » où les chercheurs et les personnes avec lesquelles ils enquêtent sont engagés ensemble pour construire en commun ce qui constitue entre eux l’œuvre de connaissance ?

Repères bibliographiques

Axe 1. Conditions biographiques et expériences du sujet

  • Alheit, P. & Dausien, B. (2000). Die biographische Konstruktion der Wirklichkeit. Überlegung zur Biographizität des Socialen. In E. Hoerning, A. Moly, & J. Behrens (Hrsg). Biographische Socialisation (S. 257-284). Stuttgart : Lucius & Lucius.
  • Astier, I. & Duvoux, N. (dir.) (2006). La société biographique. Une injonction à vivre dignement. Paris : L’Harmattan.
  • Baudoin, J.-M. (2010). De l’épreuve autobiographique. Berne : Peter Lang.
  • Bourdieu, P. (1993) La misère du monde. Paris : Seuil.
  • Chiantaretto, J-F. (2011). Trouver en soi la force d’exister. Paris : Campagne Première.
  • Delory-Momberger, C. & Niewiadomski, C. (2009) Vivre – Survivre. Récits de résistance. Paris : Téraèdre.
  • Delory-Momberger, C. (2009). La condition biographique. Essais sur le récit de soi dans la modernité avancée. Paris : Téraèdre.
  • Gaulejac, V. (de) (2009) Qui est « Je » ? Sociologie clinique du sujet. Paris, Seuil.
  • Gaulejac, V. (de) & Coquelle, C. (2017) La part de social en nous. Sociologie clinique et psychothérapies. Toulouse : Erès
  • Heinz, W. H. (2001). Statuspassagen und Lebenslauf. Weinheim / München : Juventa Verlag.
  • Larrosa, J. (2002). Notas sobre a experiência e o saber de experiência. Revista Brasileira de Educação, n.19, 20-29.
  • Lejeune, P. (2015). Êcrire sa vie. Du pacte au patrimoine autobiographique. Paris : Êditions du Mauconduit.
  • Martuccelli, D. (2010) La société singulariste. Paris : Armand Colin.
  • Martuccelli, D. (2017). La condition sociale moderne. L’avenir d’une inquiétude. Paris : Gallimard Folio.
  • Mutuale, A. (2017). De la relation en pédagogie. Pédagogie, éthique, politique. Paris : Téraèdre.
  • Niewiadomski, C. (2012) Recherche biographique et clinique narrative. Paris : Erès.
  • Niewiadomski, C. & Delory-Momberger, C. (dir.) (2013) La mise en récit de soi. Lille : Presses universitaires du Septentrion.
  • Niewiadomski, C. & Delory-Momberger (dir.) (2015) Se raconter entre violence et résistance. Enjeux sociaux et politiques de la recherche biographique. Revue Le sujet dans la Cité. Hors-série Actuels 4.
  • Pineau, G. & Marie-Michèle (2012 [1983]). Produire sa vie. Autoformation et autobiographie. Paris : Téraèdre.
  • Rosanvallon, P. (1995). La nouvelle question sociale. Repenser l’État providence. Paris : Seuil.
  • Rosanvallon, P. (2014). Le parlement des invisibles. Paris : Seuil.
  • Wulf, Ch. (2006). Anthropologie kultureller Vielfalt : Interkulturelle Bildung in Zeiten der Globalisierung. Bielefeld : Transkript Verlag

Axe 2. Médialités biographiques et pratiques de soi

  • Cifali, M., Giust-Desprairies, F. & Périlleux T. (dir.) (2015). Processus de création et processus cliniques. Paris : Presses Universitaires de France.
  • Delory-Momberger, C. (2015). Approche clinique d’une pratique artistique de formation de soi. In M. Cifali, F. Giust-Desprairies, T. Périlleux (dir.). Processus de création et processus cliniques (p. 175-189). Paris : Presses Universitaires de France.
  • Delory-Momberger, C. (2017). La photographie comme médiation biographique d’une mémoire individuelle et collective. In F. Soulages & Alejandro Erbetta (dir.). Art et reconstruction (p. 59-68). Paris : L’Harmattan.
  • Draperi, J-F (2016). Parcourir se vie. Se former à l’autobiographie raisonnée. Paris : Presses de l’économie sociale.
  • Foucault, M. (2001). Les techniques de soi. In M. Foucault. Dits et écrits II. 1976-1988 (p. 1602-1632). Paris : Gallimard.
  • Guérin, M. (2016). Qu’est-ce qu’un médium artistique ? Appareil [En ligne], 17 | 2016, mis en ligne le 11 juillet 2016.
  • Krajewski, P. (2015). Qu’appelle-t-on un médium ? Appareil [En ligne], mis en ligne le 11 février 2015.
  • Molinié, M. (2015). Recherche biographique en contexte plurilingue. Cartographie d’une dictaticienne. Paris : Êditions Riveneuve.
  • Mora, G. (1983). Photobiographies. RITM, 20 (Récits et médias). Repris dans D. Méaux, J.-B. Vray (dir.) (2005). Traces photographiques, traces autobiographiques. Saint-Étienne : Publications de l’Université de Saint-Étienne.
  • Moser, Ch. & Dünne, J. (2008). Automédialité. Pour un dialogue entre médiologie et critique littéraire. Revue d’Études Culturelles, 4 (L’automédialité contemporaine, sous la direction de B. Jongy), 11-20.

Axe 3. Éducations biographiques et pouvoir d’agir

  • Alhadeff-Jones, M. (2016). Time and the Rhythms of Emancipatory Education. Rethinking the temporal Complexity of Self and Society. Routledge.
  • Barrère, A. (2011). L’éducation buissonnière. Quand les adolescents se forment par eux-mêmes. Paris : Armand Colin.
  • Delory-Momberger (2016). Éprouver le corps : corps appris, corps apprenant. Toulouse : Erès.
  • Delory-Momberger, C. (2003). Biographie et éducation. Figures de l’individu-projet. Paris : Anthropos.
  • Dizerbo, A. (2017). La recherche biographique : quels savoirs pour quelle puissance d’agir ? Le Sujet Dans la Cité, Actuels n° 6. Paris : L’Harmattan.
  • De Villers, G. Le récit de vie, une démarche autobiographique d’émancipation.www.legraineasbl.org/article.php3?id_article=73. 7 mai 2007.
  • Dominicé, P. (1990). L’histoire de vie comme processus de formation. Paris : L’Harmattan
  • Foucault, M. (2001). Herméneutique du sujet. Cours au Collège de France (1981-1982). Paris : Seuil.
  • Freire, P. (2013), Pédagogie de l’autonomie. Toulouse : Érès,
  • Martuccelli, D. (2010). La société singulariste. Paris : Armand Colin.
  • Martuccelli, D. (2006). Forgé par l’épreuve. Paris : Armand Colin
  • Melin, V. (2012). Le raccrochage scolaire : entre parcours social imposé et trajectoire biographique singulière. In S. Ertul, J.-P. Melchior & P. Warin (dir.). Les parcours sociaux à l’épreuve des politiques publiques (p. 87-99). Rennes : Presses Universitaires de Rennes.
  • Mezirow, J. (2001). Penser son expérience : développer l’autoformation. Lyon : Chronique sociale.
  • Pineau, G. (2000). Temporalités en formation. Vers de nouveaux synchroniseurs. Paris : Anthropos.
  • Souza, E. C. de (Org.) (2012). Educação e ruralidades : memórias e narrativas (auto) biográficas. Salvador de Bahia : EDUFBA.

Axe 4. Actions collectives sur les territoires et accompagnement des acteurs

  • Arendt, H. (2005). La condition de l’homme moderne. Paris : Calmann-Lévy.
  • Argyris, C., & Schön, D. (1974). Theory and practice : Increasing professional effectiveness. Francisco, CA : Jossey Bass Publishers
  • Blanchard-Laville, C., & Fablet, D. (2003). Travail social et analyse des pratiques professionnelles. Paris : L’Harmattan.
  • Chanlat, J.-F. (2007). Les dimensions oubliées de l’agir stratégique en situation : un regard anthropologique. In X. Deroy (dir.) Formes de l’agir stratégique (p. 101-150). Bruxelles : De Boeck Université.
  • Crozier, M., & Friedberg, E. (1992). L’acteur et le système. Les contraintes de l’action collective. Paris : Seuil.
  • Jullien, F. (2009). Les transformations silencieuses. Paris : Grasset.
  • Schaller, J.-J. (2013). L’intervention sociale à l’épreuve des habitants Le sujet dans la cité, Actuels n° 2. Paris : L’Harmattan.
  • Souza, E. C. de, PAsseggi, M. C. & Vicentini, P. P. (Orgs.). (2013). Pesquisa (auto) biográfica : trajetórias de formação e profissionalização. Curitiba : CRV.
  • Vinatier, I., & Morrissette, J. (2015). Les recherches collaboratives : enjeux et perspectives. Carrefours de l’éducation, 39/1, 137-170.

Axe 5. Épistémologies du singulier

  • Andrieu, B. (2016). Sentir son corps vivant : Émersiologie. Tome 1. Paris : Vrin.
  • Delory-Momberger, C. (2014). La recherche biographique. Projet épistémologique et perspectives méthodologiques. In De la recherche biographique. Fondements, méthodes, pratiques (p. 73-94). Paris : Téraèdre.
  • Ferrarotti, F. (2013 [1983]). Histoire et histoires de vie. La méthode biographique dans les sciences sociales. Paris : Téraèdre.
  • Ferrarotti, F. (2013). Partager les savoirs, socialiser les pouvoirs. Entretien avec Christine Delory-Momberger. Le sujet dans la Cité. Revue internationale de recherche biographique, 4, 19-27.
  • Gabriel C. T. (2017). Les enjeux politiques de la recherche biographique : un regard à partir de l’approche discursive postfonctionnaliste. Le Sujet dans la Cité. Revue internationale de recherche biographique, Actuels, 6, 185-205.
  • Jablonka, I. (2014). L’histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales. Paris : Seuil
  • Janner-Raimondi, M. (2017). Visages de l’empathie en éducation. Nîmes : Champ social.
  • Lani-Bayle, M. & Aneta Slowik (2016). Récits et résilience. Quels liens ? Chemins de vie. Paris : L’Harmattan.
  • Larrosa, J. (2001) Dar a palavra. Notas para uma dialógica da transmissão. In J. Larrosa & C. Skliar, C (Orgs). Habitantes de Babel : políticas e poéticas da diferença. Belo Horizonte : Autêntica.
  • Paillé, P. & Mucchielli, A. (2008). L’analyse qualitative en sciences humaines et sociales. Paris : Armand Colin.
  • Passeggi, M. C. & Abrahao, M. H. M. B. (2012) (Orgs.). Dimensões epistemológicas e metodológicas da pesquisa (auto) biográfica. Tomo II. Natal : EDUFRN.
  • Rancière, J. (1992). Les mots de l’histoire. Essai de poétique du savoir. Paris : Seuil.
  • Olivier de Sardan, J.-P. (2008). La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique. Louvain-la-Neuve : Academia-Bruylant.

Conseil scientifique

Présidentes

  • Christine Delory-Momberger. Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité
  • Martine Janner Raimondi. Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité

Membres

  • Peter Alheit. Georg-August Universität Göttingen – Allemagne
  • Brigitte Almudever. Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Christophe Blanchard. Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité
  • Marie-Claude Bernard. Université de Laval – Québec
  • Hervé Breton. Université de Tours
  • Carmen Cavaco. Universidade do Lisboa – Portugal
  • Jean-François Chiantaretto. Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité
  • Jean-Pierre Chrétien-Goni. Conservatoire National des Arts et Métiers – Paris
  • Elizeu Clementino de Souza. Universidade do Estado de Bahai (UNEB) – Brésil
  • Maria da Conceição Passeggi. Universidade Rio Grande do Norte (UFRN) – Brésil
  • Jorge Luis da Cunha. Universidade Federal de Santa Maria (UFSM) – Brésil
  • Pierre Dominicé. Université de Genève – Suisse
  • Jean-François Draperi. CNAM Paris
  • Michel Fabre. Université de Nantes
  • Cédric Frétigné. Université Paris-Est Créteil (UPEC)
  • Izabel Galvao.Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité
  • Vincent de Gaulejac. Université Paris 7
  • Anne Jorro. Conservatoire National des Arts et Métiers – Paris
  • Mokhtar Kaddouri. Université de Lille
  • Martine Lani-Bayle. Université de Nantes
  • Philippe Lejeune. Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité
  • Jean-Louis Le Grand. Université Saint-Denis Paris 8
  • Béatrice Mabilon-Bonfils. Université de Cergy-Pontoise
  • Danilo Martucelli. Université Paris Descartes
  • Jérôme Mbiatong. Université Paris-Est Créteil (UPEC)
  • Valérie Melin, Université de Lille
  • Muriel Molinié. Université Sorbonne nouvelle Paris 3
  • Gabtiel Murillo. Universidad de Antoquia – Colombie
  • Augustin Mutuale. Institut Catholique de Paris (UCP)
  • Christophe Niewiadomski, Université de Lille
  • Gaston Pineau. Université de Tours
  • Jean-Jacques Schaller. Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité
  • Daniel Suárez. Universidad de Buenos Aires (UBA) – Argentine
  • Catherine Tourette-Turgis. Université des patients – Université Pierre et Marie Curie
  • Guy de Villers. Université de Louvain la Neuve – Belgique
  • Christophe Wulf. Freie Universität Berlin – Allemagne

Comité de pilotage

  • Camila Aloisio Alves. Université Paris-Est Créteil (UPEC)
  • Christophe Blanchard. Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité
  • Carolina Chagas Kondratiuk. Universidade de São Paulo (USP)/Université Paris 8
  • Christine Delory-Momberger. Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité
  • Anne Dizerbo. Collège International de Recherche Biographique en Éducation (CIRBE)
  • Izabel Galvaõ. Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité
  • Martine Janner Raimondi. Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité
  • Anne-Sophie Jurion. Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité
  • Jérôme Mbiatong. Université Paris-Est Créteil (UPEC
  • Valérie Melin. Université de Lille
  • Christophe Niewiadomski. Université de Lille

Modalités

Chaque proposition de communication doit s’inscrire dans un des cinq axes du colloque.

Communication

Chaque présentation (4 000 signes, espaces et bibliographe comprises) comprendra :
– le titre de l’axe choisi
– le titre de la communication
– le lien posé avec la recherche biographique, l’explicitation du cadre théorique, la présentation de la problématique
– 5 mots-clés maximum
– 5 références bibliographiques

Symposium

Chaque proposition à partir de 3 contributions (4 000 signes, espaces et bibliographie comprises) comprendra :
– le titre de l’axe choisi
– le titre du symposium
– la personne coordinatrice et les personnes contributrices (nom, institution)
– la présentation de la problématique générale, le lien posé avec la recherche biographique
– 5 mots-clés maximum
– 5 références bibliographiques

Publications

Des publications sont prévues sous forme d’ouvrages et de dossiers dans des revues qualifiantes

Début de dépôt des communications : 6 janvier 2019
Fin de dépôt des communications : 3 mars 2019
Retour des expertises : 3 mai 2019