Accompagnement individuel « remise à niveau en orthographe et préparation au certificat Voltaire »

Contexte : Une dame de 50 ans, inscrite à Pôle Emploi, souhaitait mettre toutes les chances de son côté pour retrouver du travail. Ayant occupé différents postes administratifs, elle a voulu ajouter sur son CV un niveau d’orthographe / grammaire reconnu (certificat Voltaire).





Identification des connaissances :

Dans un premier temps, nous avons évoqué les différents contextes professionnels dans lesquels cette dame a travaillé, afin d’identifier les écrits et le vocabulaire qu’elle utilisait.

Cette dame lit beaucoup, fait des mots croisés, et apprécie un « langage bien écrit » selon ses mots. Elle a estimé avoir un bon niveau en général, mais était consciente qu’il lui restait des lacunes, sans pour autant pouvoir les préciser.

Particularité :

Nous avons établi un planning de 7 ateliers de 3h. La question se posait pour moi : comment animer, susciter l’intérêt et garder la concentration d’une seule personne, et ceci sur un sujet assez technique ? Comment faire pour que cette dame soit présente jusqu’à la dernière séance ?

Méthodologie :

Je me suis appuyée sur son goût pour la langue française pour élaborer des contenus. Nous sommes parties d’un quiz de 50 phrases, qui a permis de repérer ce qui était acquis ou non.

A partir des thèmes à renforcer, j’ai apporté des éléments théoriques et utilisé des exercices spécifiques, ludiques, écrits et oraux, ainsi que le site du certificat Voltaire pour faire des révisions pendant et entre les séances.

Assiduité :

Tout d’abord, le climat de confiance qui s’est instauré entre nous a permis de nous retrouver à chaque fois avec plaisir. Ensuite, la variété des travaux et exercices divers basés sur un aspect ludique a permis de rendre légers les efforts de concentration fournis. Par ailleurs, nous avons parfois fait des recherches ensemble sur des points particuliers lorsqu’un doute subsistait. A l’issue de ces ateliers, cette dame m’a dit « je ne regarde plus les écrits comme avant, j’examine la construction des phrases et parfois je trouve même des fautes dans les livres que je lis ».

Anne Saguez – anne.saguez@hotmail.fr

Formation –Accompagnement  VAE – Transition retraite -Facilitation

Janvier 2020 – Parcours N°7, la publication numérique du réseau REPAIRA

Editorial

Le réseau REPAIRA est heureux de pouvoir diffuser le 7ème numéro de sa publication électronique pour marquer cette nouvelle année 2020 qui promet d’être riche en nouveaux développements et vous souhaite ses meilleurs vœux.

 

Au sommaire de ce numéro :

 

  • Un article de Marie Haloux, formatrice en travail social, consultante, haloux@wanadoo.fr , Ecrire pour réfléchir (page 2).

 

  • Un article d’Hélène FROMONT, formatrice coach certifiée et consultante indépendante cofondatrice et animatrice du réseau repaira, he.fromont@laposte.net, La dimension du sens dans la formation des cadres d’éducation à travers une approche anthropologique du projet de formation (page 7).

 

Bonne lecture.

Hélène FROMONT
Formatrice, Coach, Consultante, Cofondatrice de Repaira.

Janvier 2020 – Parution de « Autoformation et connaissance de soi » écrit par Pascal GALVANI aux éditions Chronique Sociale.

Ce livre propose une démarche de recherche-formation basée sur l’exploration des expériences intense de formation. La formation est vue ici comme un processus vital et permanent de mise en forme par interaction entre soi (auto), les autres (socio) et le monde (éco). L’autoformation se définit alors comme la prise de conscience, la compréhension et la transformation par le sujet de cette interaction. C’est la transformation du rapport à soi, aux autres et au monde. Les chapitres de la première partie présentent successivement la posture méthodologique, la conception théorique et les implications épistémologiques de cette approche existentielle de l’autoformation. La deuxième partie développe la méthode de recherche-formation-expérientielle par la prise de conscience et la compréhension des moments intenses (kaïros) d’autoformation. Cette démarche explore l’autoformation à partir des «kaïros» : c’est-à-dire les expériences vécues les plus décisives et les plus signifiantes pour chacun. Elle s’organise autour de deux noyaux : le retour réflexif sur l’expérience, et la mise en dialogue des interprétations. Les kaïros d’autoformation peuvent être définis comme les moments décisifs et signifiants de transformation du sujet dans son rapport à lui-même, aux autres et au monde. Enfin la troisième partie ouvre sur les enjeux contemporains de l’exploration de l’autoformation et de l’écoformation. L’exploration de l’autoformation existentielle est aujourd’hui vitale pour comprendre l’évolution des pratiques de transformation de soi dans un contexte mondialisé de crise écologique majeure, mais aussi de richesse interculturelle inégalée. Cette démarche peut nous aider à comprendre comment s’inventent de nouvelles manières de vivre et de nouvelles connaissances face aux urgences écologiques. Plus profondément encore l’enjeu apparaît comme celui d’un changement d’imaginaire tant au niveau personnel que culturel.

« Intervenir en organisations : l’importance de la posture du consultant ».

Rencontre repaira(* )du 7 Mars 2020, Hervé MACCIONI, Consultant en organisation et en évolution professionnelle – Médiateur – Ingénieur en organisation, stratégie et management (Cnam) – Formateur-  herve.maccioni@outlook.fr 

(*)Les rencontres repaira se déroulent 17 rue de l’Avre 75015 Paris – Métro La Motte-Picquet Grenelle à partir de 14h – possibilité de repas partagé à 12h30.

Tout consultant qui intervient en organisations est confronté à la complexité (au sens d’Edgar Morin) et ce, quels que soient le contenu et l’étendue de sa mission. En effet, qu’il travaille à l’élaboration d’une stratégie et d’une vision, qu’il participe à la réorganisation plus ou moins complète d’un service voire de l’organisation dans son entier, ou encore qu’il accompagne un cadre ou un dirigeant dans sa prise de poste etc., le consultant doit adopter une posture adéquate

Face à la complexité, cette posture peut-elle se décrire et s’expliciter ? Et au fond, qu’est-ce qu’adopter une posture adéquate ?

Je tenterai de répondre à ces deux questions positivement en mobilisant simultanément d’une part, mon expérience du conseil et du coaching d’organisation dans l’après-coup du retour d’expérience (Rex), et d’autre part, en articulant plus particulièrement les concepts opératoires de co-construction, de dialogue, de travail participatif et créatif (individuel et groupal) et d’agilité.

Je souhaite montrer que le consultant – qu’il intervienne seul ou en équipe – se doit d’être un véritable catalyseur des situations et des changements permanents que traversent les organisations et les personnes qui les composent. A cette condition, sa mission vient véritablement s’inscrire dans la complexité singulière d’une organisation et sa posture permet de (re)mettre d’emblée l’humain au centre de son intervention. Pour le consultant, la posture adéquate n’est alors que la traduction opérationnelle et vivante de toute une ingénierie d’intervention globale dont il doit rester maître afin de mener à bien et de réussir sa mission.

Hervé Maccioni

Partager et mettre en oeuvre une pédagogie inclusive dans le supérieur

L’Institut Catholique de Paris a placé l’accueil de tous au centre de ses préoccupations. Cette volonté institutionnelle présentée dans la charte de l’ICP se retrouve à plusieurs niveaux, regroupant les Facultés et les Instituts tout en s’associant à des partenaires extérieurs. Ainsi, au sein de l’ICP des structures spécifiques comme la commission handicap composée de référents handicap qui proposent des adaptations pédagogiques pour chaque faculté, l’espace santé (infirmier, psychologue et clinique psychologique), un département d’éducation inclusive à l’ISP-Faculté d’éducation, travaillent ensemble à mieux prendre en charge les étudiants en situation de handicap, leur offrant des conditions garantes de leur réussite universitaire et leur permettant de trouver leur place au sein de la société. Cette ambition se trouve partagée par d’autres établissements du supérieur, d’autres universités en France et à l’étranger qui réfléchissent à leurs pédagogies et à leurs accompagnements, aux formations des professionnels de l’éducation. Or, si l’inclusion dans le monde scolaire peut parfois être difficile à mettre en pratique, il en est de même pour l’enseignement supérieur. Les recherches montrent combien les enseignants sont demandeurs de formation et de lieux d’échanges pour partager leurs pratiques et accueillir l’autre avec sa singularité et sa particularité. Cette journée d’étude vise à rassembler les différents acteurs (enseignants, chercheurs et professionnels du supérieur, étudiants et parents), à partager leurs expériences, ce que chacun comprend de l’éducation inclusive dans le supérieur, son écosystème et la manière dont chacun y prend part et souhaite la faire évoluer. Plusieurs moments de la journée seront consacrés à : – des conférences plénières et une table ronde pour mieux comprendre le concept de l’inclusion et de la relation pédagogique en inclusion ; – des ateliers de réflexion commune et d’échanges sur les pratiques pédagogiques et éducatives, permettant d’apprendre en interaction avec les autres ; – des échanges non formels autour de temps de pauses, mais aussi la présentation de travaux d’étudiants, de témoignages et de ressources. L’objectif principal de cette journée est donc bien centré sur la rencontre avec l’autre, sur les échanges de compétences, de capacités et le partage de ressources en faveur du bien commun et de la création d’une communauté éducative au sein de laquelle l’étudiant en situation de handicap a pleinement sa place





 Pour vous inscrire : lien eventbrite : https://www.eventbrite.fr/e/billets-partager-et-mettre-en-oeuvre-une-pedagogie-inclusive-dans-le-superieur-85475943849 

Septembre 2019 – Parcours N°6 – La Lettre du Réseau des Professionnels de l’Accompagnement et de l’Intervention par la Recherche-Action – REPAIRA.

Editorial

Après les vacances, moment privilégié pour se poser, se ressourcer et faire le point pour repartir du bon pied. Le réseau REPAIRA est heureux de pouvoir diffuser le 6ème numéro de sa publication électronique pour marquer cette rentrée 2019/2020 qui promet d’être riche en nouveaux projets.

Au sommaire de ce numéro :

• Un article d’Hélène FROMONT, formatrice coach certifiée et consultante indépendante cofondatrice et animatrice du réseau repaira, he.fromont@laposte.net, l’Ethique dans les pratiques d’accompagnement et de formation à l’épreuve des tensions liées à la réforme sur la liberté de choisir son avenir professionnel – largement inspiré par la rencontre repaira du 4 Mai 2019 (page 2).

• Deux articles de Catherine RAPP, cath.rapp@orange.fr, responsable du Parcours Vers l’Emploi au Foyer de Grenelle, Mission Populaire Evangélique de France, On perd quoi quand on perd son emploi ? et Accompagnement des personnes en recherche d’emploi (page 8 et 10).

Bonne lecture.

Hélène FROMONT
Formatrice, Coach, Consultante, Cofondatrice de Repaira.