Décembre 2018 – Présences N°11 – Revue transdisciplinaire d’étude des pratiques psychosociales

Sommaire :

  • Histoires de vie, initiation à la recherche-action, compagnonnage : pour une relecture de l’auto-éducation assistée d’Henri Desroche (Lago D.)
  • Le dialogue en histoire de vie peut-il actualiser la dialectique avec le modèle dialogique? (Pineau G.)
  • Explorer la conscience de soi du thérapeute à partir de moments intenses d’autoformation dans la pratique de l’ostéopathie (Malherbe, I.)
  • La dimension spirituelle de l’auto-éco-formation face à la crise écologique (Galvani P.)
  • Identités professionnelles et co-identités (Faingold N.)
  • Formation existentielle dans la cosmovision amérindienne et les défis contemporains : un outil pour la pensée décoloniale (Kintana A.)
  • Le Daïmon, un tiers secrètement agissant ? Reconfiguration des parcours et accompagnement par la recherche-action (Vandernotte C.)
  • Les implications des groupes de références dans les processus de constructions autobiographique et interculturelle (Gilvete de Lima)
  • Le diable au divan (Thieriot-Loisel M.)
  • Notes de lecture

Lire /télécharger le Numéro 11 de la revue Présence

Parution le 17 Octobre 2018 de Ce que la misère nous donne à repenser, avec Joseph Wresinski

Sous la direction de BRUNO TARDIEU et JEAN TONGLET

La persistance de la misère au XXI siècle malgré un développement économique continu depuis plusieurs siècles interroge l’histoire, les relations, la conception de l’humain, de la responsabilité, de la culture et de la connaissance. La misère est une violence qui est le plus  souvent hors champ de la pensée. Quand elle est pensée, elle est pensée séparément : d’un côté ceux qui la vivent et dont la pensée n’est ni recueillie ni reconnue, de l’autre ceux qui la perçoivent ou l’étudient de l’extérieur. L’action qui en découle divise, ajoute à la violence et échoue trop souvent – elle devient une action contre les pauvres au lieu d’être une action contre la pauvreté. [Read more...]

Parcours Numéro 4 Septembre 2018

Parcours Numéro 4 – Septembre 2018

Rencontre repaira du 12 Janvier 2019

La prochaine rencontre REPAIRA se déroulera le Samedi 12 Janvier 2019. Cette rencontre aura pour thème : l’accompagnement de salariés à l’entretien préalable à un éventuel licenciement et la Recherche-Action et sera animée par : Pierre GOJAT, secrétaire du CHSCT d’Orange, délégué du personnel, accompagnement des salariés en souffrance.

Niveaux de certification du CNC

La certification mise en place par le Cercle National du Coaching vise également un renforcement du professionnalisme des coachs qui bénéficient, à l’occasion de cette démarche, du retour d’autres professionnels confirmés et s’engagent par là-même dans un processus de co-développement.

Cette certification comporte quatre niveaux :logoCNC

  • Coach associé : il s’agit du premier niveau de certification qui atteste du professionnalisme et de la déontologie d’un praticien qui débute dans cet exercice (coach / accompagnateur – VAE – débutant). La certification ne s’adresse en effet pas seulement à des professionnels aguerris : elle doit permettre à des coachs qui s’engagent dans cette activité de bénéficier, à l’occasion de la certification, du retour de collègues expérimentés (2 à 3 coachings réalisés, statut professionnel dans le domaine de l’accompagnement, engagement sur des dimensions éthiques et déontologiques, supervision ou participation à un groupe d’échanges de pratiques, formation dans le domaine du coaching ou de l’accompagnement / formation à une méthode).
  •  Coach confirmé : ce niveau valide une expérience professionnelle d’une durée significative dans le domaine du coaching et de l’accompagnement. La certification atteste du niveau de professionnalisme atteint et de la mise en œuvre des règles éthiques et déontologiques propres à ce champ (réalisation de plus de 3 coachings, expérience professionnelle et sociale significative, satisfait à une majorité de critères, professionnalisme démontré par le nombre et la diversité des contrats en accompagnement ou en formation, engagement sur des dimensions éthiques et déontologiques Supervision ou participation à un groupe d’échanges de pratiques).
  • Coach senior : concerne des professionnels qui ont réalisés un nombre significatif de coachings (expérience professionnelle et sociale significative, satisfait à l’ensemble des critères définis, professionnalisme démontré par le nombre et la diversité des contrats réalisés, contribution au développement du domaine du coaching / accompagnement, engagement sur des dimensions éthiques et déontologiques supervision ou participation à un groupe d’échanges de pratiques).
  • Coach référent : capacité à embrasser d’autres champs théoriques que ceux qui sont directement liés à sa pratique, à un engagement dans le développement des pratiques de coaching / accompagnement, et à ce qu’on peut définir comme l’aptitude à certifier qui suppose une capacité d’écoute et d’accueil ainsi que la capacité à s’engager dans un dialogue maïeutique : c’est à cette condition que la démarche de certification (dossier et entretien) constituent une nouvelle étape dans le développement et le processus de professionnalisation de la personne.

Mardi 3 et mercredi 4 juillet 2018 – Paris sur la formation

Apprentissage du français :  l'innovation pédagogique est au coeur des courspour adultes de la Ville de Paris

Le premier forum d’information sur l’offre de formation des Cours municipaux d’adultes (CMA)de la Ville de Paris se termine par une réflexion sur l’innovation en ingénierie de formation.

Plus de 8 000 personnes s’inscrivent dans les cours de français proposés chaque année dans le cadre des Cours municipaux d’adultes (CMA) de la Ville de Paris. L’offre des CMA, plus large que le français, comprend également une douzaine de types de formations (langues, informatique, artisanat, économie, etc), certifiantes ou non, assurées par quelque 850 formateurs expérimentés.

Une table ronde animée par Hélène FROMONT, cofondatrice du réseau des professionnels de l’accompagnement et de l’intervention par la recherche-action (REPAIRA), a permis d’illustrer, pour les CMA et d’autres organismes, la prise en compte des spécificités des publics et de leurs besoins dans la construction de programmes, dispositifs ou outils adaptés.

Une soixantaine de participants, partenaires des CMA (Directions de la Ville, universités, Opca, organismes de formation, coordinateurs et formateurs, etc.), ont ainsi partagé leurs expériences et réflexions sur l’innovation et son évaluation dans les dispositifs de formation pour adultes. Quelques exemples ont suscité échanges et manifestations d’intérêt :

  • La formation de médiateurs-interprètes des services publics,en réponse à une nouvelle sociologie de l’interprétariat (professionnels non diplômés) ;
  • Le Guide pratique du français en emploi créé dans le cadre du projet européen « language for work », en lien avec le Conseil de l’Europe et le Centre Européen des langues vivantes ;
  • Les initiatives du Fafih (Opca de l’hôtellerie-restauration) sur la prise en compte des particularités de la branche : intégration des compétences transversales dans les formations en articulation avec CléA et 10 Certificats de qualification professionnels(CQP) avec une large place donnée aux blocs de compétences ; mise en place de Formations en situation de travail (Fest) dans l’hôtellerie ;
  • La construction de parcours linguistiques adaptés et diversifiés au sein des CMA selon le niveau scolaire et la maîtrise du français des publics accueillis, grâce à la mobilisation des formateurs (7 % des 120 000 heures sont consacrées à l’ingénierie de formation) ;
  • Les classes CMA expérimentales pour migrants allophones et francophones, notamment couturiers africains de la Goutte d’Or, autour de projets artistiques et numériques.

Les échanges nombreux ont notamment porté sur la place des apprenants dans l’acte formatif. La possibilité de poursuites de parcours qualifiants, suite à une formation linguistique au sein des CMA, a été valorisée, ainsi que la nécéssité d’un accompagnement socio-professionnel. L’articulation entre apprentissage de la langue et accès à l’emploi a été réaffirmée, de même que l’importance de l’accès à l’information des publics en difficulté linguistique.

En conclusion, l’innovation, déjà activée dans le cadre pédagogique, devra certainement se poursuivre avec le développement d’outils d’information adaptés aux publics éloignés de l’emploi et de la formation, en raison de difficultés linguistiques ou numériques.

Le Forum s’est achevé par un défilé de prêt à porter conçu par les auditeurs d’une «classe talents » des CMA.

Pour aller plus loin :
Inscription aux CMA
Portraits d’auditeurs des CMA

Christine BARRET-LABRE, responsable de l’offre formation Défi Métiers

https://www.defi-metiers.fr/breves/apprentissage-du-francais-linnovation-au-coeur-des-cours-pour-adultes-de-la-ville-de-paris